samedi 22 décembre 2012

Très chers blogueurs, je vous souhaite à vous tous, et du fond du coeur, d´acquérir avec la naissance du Christ une gerbe nouvelle de repos, de joie, et de sérénité…

dimanche 2 décembre 2012

Chacun de nous a bien-sûr un grain de folie, une habitude, une manie.
On dit même que l´amour est fou.
Fou, bien-sûr, il se fiche de nous.
Tissu de mensonges,
On y croit, on le sait.
Comme si sur cette Terre, le Bonheur existait.
C´est donc ça, le Bonheur sur Terre
Ne peut être qu´éphémère.
Parfois, il faut croire au mensonge,
Même si au fond de soi on songe aux périples de cette épreuve.
Faut croire au mensonge et le vivre vraiment,
Si on a envie d´un peu d´agrément.
Faut croire au mensonge et le vivre vraiment,
C´est ce que font tous les déments…



lundi 5 novembre 2012

On m´a dit que tu étais mort,
Que c´était “Fini”
Puisque la mort ne frappe qu´une seule fois,
Mais elle pare si bien son coup
Qu´elle ne peut que le réussir.
Tu es mort,
C´est un fait!
Je dois t´enterrer
Dans les tréfonds de mon âme.
Mais alors, pourquoi? Pourquoi je n´arrive pas à t´oublier?
Pourquoi la scène de ta mort se répète-t-elle, infatigable,
Comme un disque sonore qui tourne inlassablement.


mardi 9 octobre 2012

Tu étais comme un enfant entre mes bras,
Mais un enfant tendre et viril à la fois,
Un enfant qui demande et qui donne de l´affection;
Que je sois proche redoublait la ferveur de ta passion.
Tu avais constamment besoin de moi.
Je ne pouvais m´éloigner.
Dès que j´étais là, de ma présence tu te régalais.
Comme un poisson qu´on remet dans l´eau,
Tu retrouvais ton élément 
C´était trop beau.
J´étais contente, trop contente, trop heureuse.
Je savourais ces moments.
Je les voulais,
Je les avais demandés,
Je les attendais.
Je voulais que ça arrive,
Rien qu´une fois,
Pour vivre une histoire de cette saveur-là…

jeudi 27 septembre 2012

Chers blogueurs,
Ça fait un laps de temps que je suis absente pour des raisons que je vous explique:
-          Rassurez-vous, ce sont de bonnes nouvelles!
Alors que je m´apprêtais à prendre une pause après les cours d´été pour faire un travail d´écriture, voilà que les surprises fusent de toute part!
1-     Ma soeur vient nous faire une visite surprise de la Suède avec ma chère petite nièce.
2-     Et pour profiter de la présence de ma soeur parmi nous, mon amour et moi décidons de nous fiancer.
Vous imaginez, je passe de très bons petits moments “intenses” avec ma nièce qui est particulièrement attachée à moi, sans parler des fiançailles qui sont bien-sûr un pas important vers une vie à mener à deux.

jeudi 30 août 2012

Je voudrais faire partie de ton univers, de ton monde proche, de ta famille, de tes cousins, tes cousines;
De ton entourage, tes voisins, tes voisines.
Je voudrais partager toutes les occasions avec toi comme Noël et toute date de joie.
J´accepterais aussi de pleurer pour tes larmes apaiser.
Je voudrais te voir autant que possible, souvent!
Je voudrais reconnaître ton parfum, ton odeur, même de loin.
Je voudrais comprendre tes gestes, le langage de ton corps et de tes lèvres;
Connaître tes pensées les plus profondes, tes goûts, tes loisirs tes chansons préférées.
Je voudrais connaître tes chagrins, tes tourments, connaître l´âge de tes enfants, tes souvenirs d´antan, ce que tu penses de la vie et des gens.
Je ne voudrais pas trop m´imiscer dans ta vie.
Pourtant je voudrais tout savoir, tout, pour me sentir concernée…

dimanche 22 juillet 2012

Contacts humains
Il y a des gens avec qui on sympathise tout de suite, sans trop réfléchir au pourquoi ou ou comment.
On se trouve à discuter aisément,
Se sourir, mutuellement.
On finit par les aimer pour de bon.
Ils nous manquent.
On pense à eux souvent,
On aimerait bien les revoir.
On se préoccupe de leurs peines,
On accueille bien leur joie.
Ils font de même, réciproquement, quoi!
De vrais cadeaux, ces gens, dans notre vie;
De vrais cadeaux, de vrais, des amis.
Par leurs gestes, leurs mimiques, leurs sourirs,
Naturels, nullement poussés à l´extrême.
Ils nous signifient, à leur façon qu´ils nous aiment.
Protectifs, ils se montrent des fois,
Proches, intervenant à chaque pas,
Reculant aussi, selon le cas.
Ils commencent à nous comprendre, par habitude, savent comment s´y prendre.
Ces gens-là, des cadeaux dans notre vie,
Des éclats de lumière, de joie,
Avec eux, on vit de plus belle, on
vit la vie encore plus belle.                                                                

lundi 18 juin 2012

Je suis heureuse avec toi
Je suis heureuse grâce à toi.
Une fois, j´ai demandé au Seigneur tout puissant
Je lui ai dit que j´avais “besoin” de toi;
Nullement “envie”, mais “besoin”.
Sinon ma vie serait trop vide,
Se nourrissant d´un passé devenu aride
Des parchemins d´un temps révolu
Où l´amour est mort, il n´existe plus.
J´ai demandé qu´il revive, qu´il jaillisse à la vie,
Rien que pour moi,                
Si seule sans lui
J´ai demandé qu´il vive pour moi
Je ne demande pas trop, pas trop souvent.
Mais je demande avec force, intensément.
Je sens enfin que je ne mérite pas
Et soudain le voilà, là,
Mon voeu sacré,
Tel que je l´ai voulu,
Mon voeu pour moi,
Qui l´aurait cru.
Et là je dis un mot, tout petit
Qu´on oublie des fois
Un mot tout petit qui change beaucoup
Un mot qui change tout.
Merci!

vendredi 25 mai 2012

Money is ”Power”
J´ai fait cette constatation que les enfants de parents riches ont beaucoup plus de confiance en soi que les pauvres, même s´ils ne sont pas plus intelligents ou plus studieux.Encore plus, ils ne craignent pas l´échec. Même s´ils n´obtiennent pas tout de suite ce qu´ils veulent, ils n´ont pas à se tracasser ou à se mettre en colère, ils peuvent se remettre à la charge, sans trop s´émouvoir.
Au Liban c´est pire encore. Quand on est riche, on a beaucoup de connaissances et donc de pistons, ce qui peut être essentiel des fois pour avoir un bon emploi ou un bon poste.Même, je me suis beaucoup demandée s´ils avaient de l´ambition dans la vie, ceux pour qui tout était assuré…
Les enfants de pauvres, au contraire, doivent vraiment endurer…Mais quand ils arrivent, c´est qu´ils l´ont vraiment mérité, à force de fatigue et de persévérance.

samedi 19 mai 2012

Je prends une petite pause... (Je reviens bientot :)

mercredi 11 avril 2012

Ce défi peut nous sembler facile. Mais quand j´en ai assumé vraiment la responsabilité, j´ai trouvé que ce n´est pas vraiment le cas, peut- être car on a plutôt tendance à se plaindre des “grands” malheurs et à négliger les petits. Mais, c´est plutôt sympa de le faire, et voici ce que j´ai déniché:
-Je déteste les moustiques car je souffre beaucoup à cause des démangeaisons. J´essaie vraiment de m´en prémunir. Mais, dès que je porte un décolleté, je ne peux leur fuir…
- Je déteste quand il faut beau et que j´ai vraiment envie de répondre à l´appel de la nature et de bouger un peu. Mais, je dois, par contre, rester chez moi à travailler.
Je déteste les robinets qui fuient ou les lumières laissées allumées. Tout ce qui est gaspillage de l´énergie, me répugne. J´endure parce que ma soeur me fait vraiment travailler! En plus, je dois tout fermer après elle: robinets, bouteilles de shampooing, d´acétone, de vernis à ongle…
Voilà! En y réfléchissant bien, je peux trouver nombre d´autres choses comme les embouteillages au Liban… Mais ceci doit sûrement faire partie des grands malheurs; alors je limite mon choix…

mercredi 28 mars 2012

Il y a quelques minutes, elle était encore là, répandant partout sa joie.
Toute la chambre respirait son parfum Et entonnait une chanson sans refrain
 Ses caresses chaudes sur ses joues, Le passage de ses lèvres sur son cou,
Sa voix chaleureuse qui emplissait tout…
Mais elle est soudain partie, laissant un vide inouï,
Elle est partie, il est vrai, mais il la sent toujours, dans ses pensées;
C´est elle qui l´inspire surtout, nymphe de beauté
C´est elle qu´il trouve partout, où qu´il soit, elle se trouve là où il est.
Jamais! Jamais! Elle ne pourra jamais le quitter
 Même si elle le veut, elle ne le sait.
 Jamais elle ne pourra le quitter, jamais
Et il est toujours là à respirer son haleine sucrée
Et à danser au rythme de sa musique cadencée
Jamais elle ne pourra le quitter, jamais
Car plus que lui- même elle le connaît
Et elle sait qu´il est né pour être là pour elle,
 Pour lui dire je t aime et pour dans ses songes l´emporter.

mercredi 7 mars 2012

Car comment croire qu'il était là
Enfin, ce prince attendu.
Beau, riche et bien portant;
Comble de qualités
Beau, riche et bien portant,
Comment pouvait-il m'aimer.
Pour me convaincre de son amour, il a tout fait,
Défié les lions, tué le minotaure, rencontré les fées.
Il a tout fait pour me voir,
Pour me convaincre de son amour,
Ses petits gestes, ses caresses, ses mots,
Tout était vrai, tout était réel
Tout était tellement beau.
Et je suis passée juste à côté
Sans savoir que c'était moi
Qui vivait un amour à la hauteur des rois
Qui vivait un amour des contes du bois dormant
Où la princesse épouse le prince charmant.
J'ai bien fait de ne pas y croire
Car pour croire, il fallait oser
Aller au bal et danser
Aller au bal avec les princes
Et danser, danser, danser,
Danser jusqu'à me réveiller
Et me retrouver moi, dans mon lit
Car princesse bien-sûr je ne suis
Ni prince lui il est
Tout ceci est un conte de fées.
Car, pour y croire, il faut être obligée
De porter la robe et de s'oublier.
Oublier qui je suis,
Oublier qui il est.
J'ai bien fait de ne pas y croire,
Car pour croire, il fallait
Fermer le livre et le prendre pour réalité
Fermer le livre, mais il était déjà fermé.
Le conte est là, devant moi, il commence par "Il était une fois"
Et il se termine par "Et c'est bien fait."
J'espère que j'ai bien fait de ne pas y croire car rien n'est jamais aussi parfait…

lundi 20 février 2012

Je prends une petite pour des raisons techniques: on n'a pas Internet tout le temps a cause des tempetes...

lundi 13 février 2012

J´ai connu le grand amour,
Celui dont on parle dans les romans
Je suis passée à côté, il était là, poutant
J´ai connu le grand amour,
Qui l´aurait cru,
Si pur, si charmant.
Je n´y ai pas cru du tout aux premiers instants.
Féérique il était,
Féérique, inexistant
Féérique il était,
Qui pourrait aimer
Ainsi, tellement.
C´est ton imagination ma petite,
Je me suis dit, sceptique.
C´est ton imagination, bien-sûr.
Tu sais que tu te nourris d´illusions.
C´est ton imagination, réveille-toi

À suivre

PS: Ce sont des textes anciens que j´ai dénichés

dimanche 15 janvier 2012

J´ai décidé de faire ce voyage malgré tout,
Laissant tout derrière moi: mon travail, mon homme, mes parents…
Je n´en pouvais plus!
Je n´avais plus qu´une seule pensée,
Comme hypnotisée!
Joy me manquait, ma soeur me manquait!
Et ça me suffisait.
Ça n´a pas été facile, tout!
Mais ça m´étais égale!
L´important c´était d´arriver, de mettre les pieds sur cette terre
Je ne voulais rien voir, ni paysages, ni beautés.
Je ne voulais qu´embrasser ma nièce et ma soeur,
Lui dire comme je l´aime et comme elle m´a manqué.
Je savais que ça non plus, ce ne serait pas facile.
Il lui faudrait au moins une journée
Pour me reconnaître et me réaccepter
Mais cinq minutes ont suffi!
Elle m´a juste regardée!
Longtemps je m´étais demandé ce que je ferai à cet instant.
Mais, j´ai tout improvisé
C´est ça l´amour, rien que de l´improvisation à l´improviste.
On s´est remise à jouer,
Comme si nous venions juste de nous quitter.
Elle a commencé à me présenter son monde tel qu´elle le voyait:
Son coin de jeu, ses amis, ses poupées.
Le tout dans un dialogue animé, jovial, presque muet.
J´ai passé de très beaux jours,
Les meilleurs avec elle.
Les deux derniers étaient les plus durs, pour nous tous!
Même ma soeur était tout le temps très affectueuse.
Le dernier jour, on a beaucoup pleuré.
Pourquoi tu pleures, me disait- elle,
Alors qu´elle- même sanglotait.
C´était ironique comme spectacle.
Comme quoi on riait, et puis on commençait à pleurer.
Mais c´est comme ça, tout doit finir, trouver une fin…
Dorénavant, je leur parle beaucoup plus.
Je croyais que ce voyage
Allait me faire du bien,
Combler un manqué, un creux
Que je sentais dans tout mon corps
Mais, je suis revenue pire qu´avant…
En attendant…